in

Pizza, chips, burger… Pourquoi on a tant de mal à résister à la malbouffe ?

malbouffe

Admettez-le, lorsque vous avez une part de pizza ou des chips devant vous, il est très difficile de dire non (surtout si les gens autour de vous apprécient la nourriture). Cependant, l’amour du fast-food ne mène à rien de bon. Alors comment apprendre à dire non à ces aliments ?

Peut-être avez-vous une dépendance sérieuse ?

Même si l’être humain dispose aujourd’hui de nombreuses possibilités de développement et de loisirs, et que ses besoins ont depuis longtemps dépassé le stade purement physiologique, il est toujours guidé par ses instincts.

Dès que nos ancêtres mettaient la main sur un morceau de nourriture, ils le mangeaient aussi vite et aussi abondamment que possible. Mais ce n’est même pas le plus important ! Les aliments gras et sucrés ont toujours eu une grande valeur pour tous les êtres vivants, car ils sont riches en calories, c’est-à-dire en énergie. Aujourd’hui, la plupart des gens ont un accès facile à la nourriture, mais notre corps ne s’en rend pas compte. Nos instincts nous incitent toujours à manger le plus possible, en nous préparant à une éventuelle famine. C’est pourquoi il nous est difficile de dire non aux fast-foods.

Il est intéressant de noter que cette réaction porte un nom qui lui est propre : le stimulus supernormal. De tels stimuli sont plus courants que vous ne le pensez. Ils sont partout ! Par exemple, les cosmétiques accentuent nos traits naturels (en rendant nos lèvres plus rouges et nos joues plus roses). La tétine pour bébé est également un exemple de cette incitation. Les bébés tètent volontiers de grosses tétines en plastique, même s’il n’y a ni mère ni lait autour d’eux.

Pourquoi le cerveau est-il attiré par les stimuli anormaux ?

Lorsque nous choisissons des aliments sains, notre cerveau augmente la quantité d’un certain neurotransmetteur, la dopamine, qui est liée aux sentiments de récompense et de plaisir.

La récompense peut être définie comme tout objectif ou objet que nous recherchons, comme la nourriture. Lorsque nous effectuons une « activité gratifiante », notre cerveau libère de la dopamine, ce qui nous procure un sentiment de bien-être. Le cerveau se rappelle alors à quel point l’expérience était agréable et tente de répéter ou d’internaliser le comportement.

Lorsque nous mangeons des aliments sains au lieu de la malbouffe, qui peut être comparativement moins savoureuse, nous avons tendance à devenir dépendants de cette dernière. Ainsi, plus nous rencontrons de stimuli anormaux, plus notre cerveau s’y adapte. Les stimuli normaux ne déclenchent plus la même décharge de dopamine qu’auparavant.

Hélas, ce processus n’entraîne pas seulement des envies de fast-food. Les stimuli anormaux peuvent se traduire par l’envie de passer du temps sur les réseaux sociaux, de consommer de l’alcool, de se droguer ou de jouer à des jeux vidéo.

Alors comment combattre cela ? Hélas, dans le monde d’aujourd’hui, cela est assez difficile, car les gens sont sensibles aux stimuli inhabituels ou plus forts. Le marketing, par exemple. Se laisser prendre par ces faux signaux peut entraîner des dépendances comportementales qui accaparent notre temps et notre énergie. La publicité agressive peut vous faire désirer des choses inutiles. Dans ce cas, nous devons tous nous arrêter et essayer de penser logiquement.

Adriana

Rédigé par Adriana

Couvrant Netflix depuis 2013, Adriana suit les allées et venues de la bibliothèque Netflix depuis près d'une décennie. Elle réside en France. Ses séries préférées sur Netflix sont The Crown, Love, Death and Robots et Stranger Things.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *